Politique ou com’ : la clef d’une municipale ?

Article Municipale Freddy Roy

La politique locale est-elle réduite à la communication politique comme tente de le faire croire un nombre conséquent d’entrepreneurs en communication ?

Rien de moins certain. Contrainte par une législation rigoureuse, la communication électorale municipale demeure particulière dans la mesure où la communication interpersonnelle est essentielle. A l’exception des grandes villes, chaque tête de liste peut se faire connaître par une majorité des électeurs.

Le point central : le projet municipal

Heureusement, une campagne ne se réduit pas à dispenser des informations via des vecteurs couteux et parfois inutiles ou proscrits. En amont, les candidats se préoccupent souvent de bénéficier de l’investiture (ou du soutien) d’un parti et de ses alliés. Autre point central : le projet municipal. A l’exception des extrêmes, force est de constater que les mêmes préoccupations et des solutions semblables sont mises en exergue : environnement bichonné, urbanisme maitrisé, emploi, dépenses contenues, projets innovants…

Se présenter consiste aussi à trouver le bon positionnement, à réussir des alliances, à s’attirer des soutiens. Les stratégies dites d’image reposent sur la personnalité des candidats. Mais aussi sur deux ou trois singularités mémorisables en termes de projet municipal et intercommunal. Sans oublier la présence d’une vraie colonne vertébrale à l’intérieur de la liste et le bénéfice d’un contexte national et local favorables.

Des ressources considérables

Quant aux citoyens qui souhaitent vraiment s’informer, ils disposent à cet effet de ressources considérables : circulaires électorales, réunions publiques, journaux de campagne, sites web, réseaux sociaux, présence des candidats dans les lieux publiques, articles dans la presse locale et parfois nationale, flyers… Reste qu’une grande partie des électeurs n’a guère le temps ou l’envie de s’y intéresser.

Candidats, journalistes et électeurs interagissent

Des trois catégories d’acteurs qui interagissent, les candidats, les électeurs via les sondages et les journalistes de la presse locale, ces derniers fournissent un travail de bonne qualité. Grâce à eux, le corps électoral local dispose des informations essentielles. L’information des impétrants se dispense toutefois dans un spectre médiatique local saturé. On peut aussi regretter que la place donnée aux sortants dans leurs colonnes soit plus importante. Ils bénéficient d’articles en tant que candidats et aussi d’une couverture en tant que maires sortants. La presse territoriale vient consolider leur légitimité. Fort heureusement, ce parti pris journalistique n’a jamais empêché les alternances !

Freddy Roy

Articles recommandés

Pas encore de commentaire, ajoutez votre commentaire ci-dessous !


Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *